audiophage Index du Forum audiophage
Forum de partage culturel, de rencontre entre passionné de musique.
 

   FAQ  -  Rechercher  -  Membres   -  S’enregistrer   Connexion
 Bienvenue 
Forum de partage culturel, de rencontre entre passionné de musique.

Nous soutenons Toutes les Actions ANTI ACTA / SOPA / PIPA / et nous nous battons pour L'internet LIBRE !
Les truc et astuces pour le didgéridoo

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    audiophage Index du Forum >>> Les Ateliers organisé par l'asso >>> Atelier découverte de divers sonorité du monde
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
PsyKhow
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2012
Messages: 495
Localisation: Bordeaux
Masculin
Point(s): 519
Moyenne de points: 1,05
Votre matos: une paire de k2, mon pc et Fl studio, VST massive
Matos Sono: Bientôt une paire de ESW1018, et une paire de MT130 et deux module bas médium Mt130

MessagePosté le: Mar 17 Jan - 14:20 (2012)    Sujet du message: Les truc et astuces pour le didgéridoo Répondre en citant

En attendant voila de quoi vous mettre sous la dents quelque petit conseil à l'écrit :


Drone
Le bourdon de base ou vibration de base (basic drone en anglais) est obtenu en faisant vibrer les lèvres avec un débit d'air moyen; on se rend tout de suite compte quand on choppe le bourdon car le didje se met à vibrer entre nos lèvres !
Comment sortir son premier son ?
Vous êtes débutant de chez débutant ? Alors c'est parti ! Vous pouvez faire ce qui suit sans le didgeridoo (on parle alors de sourdine), puis avec.
  • Pour sortir votre premier son, faîtes le tracteur ou le cheval (quoi ? vous n’avez jamais fait le tracteur quand vous étiez petit ? impossible !!): faîtes vibrer vos lèvres en de grands mouvements.
  • Souriez, vous êtes filmé ! Tirez sur les commissures des lèvres pour les tendre légèrement (pas trop, voir ci-dessous) et obtenir une vibration un peu plus ordonnée (de plus haute fréquence = un peu plus rapide).
  • Restez zen, car si vous sortez un son proche de la trompette ou du cors suisse, c'est que vous êtes trop crispé, trop pincé des lèvres: relâchez tout ! Profitez-en pour relâchez aussi les épaules, ou tous les muscles contractés qui n'ont pas lieu de l'être.
  • Changez la position des lèvres dans le didje: trop hautes ou trop basses et vous faîtes une survibration sans le vouloir (idem si vous soufflez trop fort) ou une sorte de pet inodore Sad . Au bout de quelque temps, vous aurez le réflexe de vous placer directement comme cela vous convient (là encore, on est tous différent), et vous ne perdrez alors plus de souffle à trouver le son fondamental. Vous pourrez alors passer à autre chose (harmoniques, respiration circulaire...).



Son, note et forme du didje : une relation ?
Avant toute chose, une correspondance des lettre et des clés anglaises (du plus grave au plus aigu):
A (la), B (si), C (do), D (ré), E (mi), F (fa) et G (sol)
Pour les didjes, leur note est généralement plus grave s’ils sont plus grands (voir les variations avec le slide didje, à diamètre intérieur égal) et éventuellement de gros diamètre intérieur, mais tout reste possible, puisque d’autres facteurs interviennent. Ainsi deux didjes en apparence identiques pourront avoir des notes aussi différentes que Do et Fa.
En gros, on peut faire une séparation arbitraire entre didjes graves, moyens et aigus:
  • A et B sont des clés +/- rares: graves et souvent plus difficiles à jouer pour un débutant. Souvent plus lents (du à la taille du conduit), le son est plus dramatique et en général utilisé lors des cérémonies mortuaires traditionnelles par exemple.
  • D, E, F sont plus aigus: en général rapides et plus faciles à jouer ; parfait pour les débutants. Les yidakis sont souvent assez aigus.
  • ré (D) et mi (E) sont des notes intermédiaires; de nombreux aborigènes jouent en ré# ou mi (mais aussi Fa).

- Démo son fondamental -
Gros didjes graves
Certains didjes sont dit “big bore“ (de gros calibre) ou “large bell” (se terminant en une grosse cloche). Ces didjes sont souvent recherchés, notamment pour leur bonne gueule, mais ne sortent pas forcément de meilleurs sons: la preuve, les aborigènes ne semblent pas en être particulièrement friands (j’me trompe ?).
De plus, ce sont en général des didjes assez lourds (pensez au transport !), et qui ont une grande et grosse colonne d’air à déplacer (avec une back pressure faible), et demandent donc pas mal de souffle, à un tel point qu’un joueur m’avait demandé lors du premier festival après un bref essai, si mon didje en Si n’était pas percé ! En revanche, il est vrai aussi qu’ils ont un pur son qui fait vibrer toute la baraque, si bien que les vibrations sont presque trop importantes si l’on joue dans la fameuse baignoire (ou en tous cas dans la douche) !
Les cris sont également plus puissants (inversement pour le son labial), mais ce sont des didjes assez lents, sauf si on souffle comme des malades :Sp .
Petits didjes aigus
Inversement, les petits didjes gagnent en rapidité avec la diminution de leur diamètre (surtout le diamètre du premier 1/3, près de l’embouchure). Ils faut donc vous demander, avant tout achat important (en terme financier), quel est votre type de jeu et donc quel type de didje vous serait le plus adapté, sachant que l’on peut trouver un bon compromis dans un Fa en forme de cône (certains diront en forme de gros joint Evil or Very Mad ).
La back pressure, c'est quoi ?
La back pressure (BP), parois appelée pression acoustique, représente en quelque sorte la résistance au souffle d'un didje, et donc la facilité avec laquelle on fait la RC sans baisse de régime. Plus il est simple de reprendre sa respiration sans coupure, plus le didj a de backpressure.
Elle dépend du diamètre intérieure (Dint), de la longueur (L) et de la perce:
BP élevée
  • petit Dint, didje long, perce cylindrique.
  • il faut souffler avec de la pression, les jeux rythmiques sont plus faciles ainsi que les survibrations. L'aspect intérieur peut jouer dans la BP: les ravins que les termites ont creusé à l'intérieur du conduit augmentent la résistance à l'air. Les courbes, les bosses, les parties gonflées dans les didges sont en général des signes de bonne backpressure et souvent d'un son de qualité.
BP basse
  • dans les cas contraires ou si la perce est conique (une perce cylindrique n'empêche pas la présence d'un pavillon).
  • il faut souffler avec beaucoup de débit (c’est le big bore ci-dessus), les jeux rythmiques et les survibrations sont plus difficiles mais les harmoniques plus facile à extraire(lorsque la BP est vraiment très faible il faut bien maîtriser le son filé et économiser son air au maximum).

Ainsi, pour avoir un didje aigu, dynamique et qui ne demande pas trop de débit d'air il faut que son ø intérieur (3 cm environ)soit plutôt faible et une perce plutôt cylindrique. Pour avoir un didje grave pas trop lent et riche en harmonique il faut une perce plutôt conique et un diamètre intérieur assez grand après l'embouchure (>4 cm ; mais pas de trop sinon ça le ralentit).

ASTUCE:
  • Vous pouvez aussi vous humidifier les lèvres, voire les chauffer un peu…(hum…).
  • pour ne pas perdre trop d'air à trouver la vibration et la fondamentale, on donne un coup de langue pour avoir directement une pression suffisante, un peu comme si on crachait un pépin de raisin.
De face ou de côté ?
Polémique encore pour la position : de côté ou de face ? La majorité des joueurs semblent jouer de côté, mais la majorité des joueurs professionnels jouent de face… coïncidence ? Je ne crois pas.
C’est après le deuxième festival d’Airvault que j’ai décidé de jouer de face (après 5 ou 6 ans de côté !!). Au début, c’est très frustrant, puisqu’on a perdu la majorité de notre jeu et de nos réflexes… sauf pour un son :la survibration, qui est en fait beaucoup plus simple de face.
En fait je crois seulement que l’on s’est musclé les muscles labiaux uniquement à droite ou à gauche, et que l’on s’est dilaté et musclé la joue inverse. Ainsi quand je gonflais mes deux joues, la gauche état plus grosse, et j’avais développé surtout les muscles labiaux droits(et les muscles jugaux gauches), puisque je jouais à droite.
Le fait de jouer de face est frustrant au début, mais le fait d’utiliser plus uniformément les deux joues aide beaucoup,notamment lors de la RC, et des woua woua : on a à notre disposition un plus grand volume buccal.
La survibration devient plus simple et également le décalage des deux mâchoires. Les cris sont plus distincts, et le i sort mieux.
Aussi, je conseillerais à tous débutants de jouer directement de face, et aux autres de s’y mettre. Certes c’est difficile et très frustrant au début, mais je crois que personne ne peut le regretter. Le son semble également plus pur.
De plus, certains pro. aborigènes refuseraient de donner des cours à ceux qui jouent de côté… ce qui semble une référence !
D’autre part, quand vous jouez de face et qu’un aborigène essaie votre didje,la première chose qu’il fait est souvent d’agrandir l’ouverture. Aussi, il semble que le jeu de face demande une ouverture légèrement plus grande, ce qui laisse plus de place aux lèvres (mais aussi aux mâchoires) pour se déplacer. En revanche, les harmoniques peuvent paraître plus difficiles car elles demandent une certaine musculature des lèvres, pas forcément encore acquise si l’on vient juste de changer de profil pour le jeu de face.
Au final, jouer de coté au début et pour choper plus facilement les harmoniques, ou dans un didje très grave, pourquoi pas, mais il ne faut pas que cela devienne une habitude, car à la longue, après plusieurs années de pratique, on est forcément dissymétrique aux niveau des muscles du visage. De plus, quand on joue longtemps (1 ou 2 heures) on a une position avec la nuque cassée, ce qui entraine des torticolis...
Donc vous savez ce qu'il vous reste à faire !
Astuce: quand vous jouez de face ou passez au jeu de face, vous aurez besoin d'une embouchure précise, c'est-à-dire pas trop arrondi vers l'intérieur. De plus, avant de poser vos lèvres, tirez déjà un peu sur vos commissures, ce qui aidera à pallier le manque de muscles... Souriez !
Comment couper le son ?
Quand vous parlez, en fait à chaque syllabes, vous coupez le son que vous produisez. Eh bien c’est la même chose dans le didjeridu : au début vous pourrez coupez le son afin de faire un rythme, sur la même note; puis vous pourrez introduire des notes différentes pour enrichir ce rythme qui deviendra votre premier morceau !

( source biolodidge, il explique sa très bien )
_________________
La Devise du Dj : monte le son, monte les bass, and moove your ASS !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Mar 17 Jan - 14:20 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
PsyKhow
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2012
Messages: 495
Localisation: Bordeaux
Masculin
Point(s): 519
Moyenne de points: 1,05
Votre matos: une paire de k2, mon pc et Fl studio, VST massive
Matos Sono: Bientôt une paire de ESW1018, et une paire de MT130 et deux module bas médium Mt130

MessagePosté le: Mar 17 Jan - 14:22 (2012)    Sujet du message: Les truc et astuces pour le didgéridoo Répondre en citant

Les harmoniques au didgeridoo
Les harmoniques sont appelées overtones en anglais: littéralement tons au dessus, d'où la confusion fréquente avec la survibration).
Tout instrument émet en même temps que la note de base d'autres notes plus élevées: les harmoniques. Ce sont elles qui font la richesse du son. Dans le cas du didgeridoo, on peut sélectionner certaines harmoniques en changeant la forme intérieure de la bouche, par exemple en faisant des ou, i....
C’est le son d’abeille qui se rajoute au son fondamental. Ce son est particulièrement bon dans des didjes de note fondamentale élevée (mi et plus).
Vous avez déjà parlé ? Bon ben alors c’est un peu pareil : analysez les mouvements de vos lèvres lorsque vous faîtes a, i, o,et même u (assez difficile à avoir). Vous avez sans doute remarqué que vos lèvres sont pincées pour le i et ouvertes en cul de poule (mais un cul de poule, est-ce réellement ouvert ? :bigsmile: ) pour le o.
Analysez bien les positions et refaîtes à peu de chose près les mêmes dans le didje, en les accentuant. Ainsi, le a semble nécessiter un léger recouvrement de la lèvre inférieure par la supérieure, contrairement au u.
Analysez également le volume de votre cavité buccale (principalement donné par votre langue et joues) : un i demande des joues serrées(du moins au début), et une langue très près du palais, contrairement à un o.
- Démo harmoniques -
Il est important de bien différencier les notes et de faire des exercices de gammes, en se forçant à faire les différentes notes: dans l’ordre o (ou ou) fondamental, i, a, u (vous aviez déjà pensé à faire un u ?). Ainsi ces différents sons vont devenir des réflexes, et élargir nos possibilités de jeu.
On peut mettre en place des phrasés plus ou moins connu par coeur, avec l'enchaînement des harmoniques (o o i i -- i o o iiii)


( source Biolodidge, il explique sa très bien ! )
_________________
La Devise du Dj : monte le son, monte les bass, and moove your ASS !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
PsyKhow
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2012
Messages: 495
Localisation: Bordeaux
Masculin
Point(s): 519
Moyenne de points: 1,05
Votre matos: une paire de k2, mon pc et Fl studio, VST massive
Matos Sono: Bientôt une paire de ESW1018, et une paire de MT130 et deux module bas médium Mt130

MessagePosté le: Mar 17 Jan - 14:23 (2012)    Sujet du message: Les truc et astuces pour le didgéridoo Répondre en citant

Les vocalisations au didgeridoo
Une vocalise, c'est quoi ?
Une vocalise ou vocalisation, c'est mettre de la voix dans le didje lors du jeu, sur un temps assez long, ce qui les différencie des cris qui sont plutôt percutants et courts.
On peut utiliser toutes les voyelles pour faire des vocalises, comme le montre l'extrait sonore ci-dessous.
- Démo vocalisation -
Pourquoi vocaliser ?
Vocaliser permet, suivant la note du didje et la hauteur de vocalise, de sortir une harmonique, voire de faire chanter le didje qui émet alors une harmonique chantante qui lui est particulière. Ainsi le jeu et la gamme de sons sont élargis. Les aborigènes vocalisent presque en permanence dans le didje, ce qui rend le son encore plus caverneux et terreux, avec des yidakis qui sont plus ou moins adaptés, on peut avoir des raclements ou encore des grot-grot plus ou moins prononcés, amplifiant fortement le son émi.


(source biolodidge, il explique sa très bien )
_________________
La Devise du Dj : monte le son, monte les bass, and moove your ASS !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
PsyKhow
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2012
Messages: 495
Localisation: Bordeaux
Masculin
Point(s): 519
Moyenne de points: 1,05
Votre matos: une paire de k2, mon pc et Fl studio, VST massive
Matos Sono: Bientôt une paire de ESW1018, et une paire de MT130 et deux module bas médium Mt130

MessagePosté le: Mar 17 Jan - 14:24 (2012)    Sujet du message: Les truc et astuces pour le didgéridoo Répondre en citant

Les cris au didgeridoo
Pourquoi crier ?
En fait, dans le jeu, les cris représentent des animaux, comme le kookaburra ou le dingo. Ils surpassent souvent le bourdon de base, venant l'enrichir d'un son parfois très percutant. Le jeu est vraiment meilleur et plus expressif avec les cris.
Ainsi, plusieurs techniques (voir ci=dessous) sont à copier chez nos amis les animaux (oiseaux ou chien, singes etc...).
Mettez vous à la place d'un kookaburra (oiseau australien):
  • bombage du torse,
  • extension et gonflement de la gorge,
  • expulsion de l'air depuis le ventre.
Comment crier ?
Pour les cris, il s’agit de parler pour de vrai, avec son larynx, ses cordes vocales. Et là encore, on peut différencier les diverses notes possibles: le ou semble le plus simple à faire, puis le a, ô, ê, i (le plus difficile ?), u.
Ces sons sortiront mieux dans des didjes graves (do, ré) et de diamètre intérieur important, tandis qu’il faudra plus les pousser pour les entendre dans un didje aiguë.
C’est pour cela qu’il est important de connaître son propre jeu et de savoir ce que l’on veut faire avec un didje avant d’investir… encore qu’un bon joueur arrive à tirer des bons sons d’un tuyau plastique d’aspirateur…
C’est à se demander… :bigsmile:
S'échauffer les cordes...
Les cris peuvent être très perçants et brefs ou plus cools et plus longs (appelés plutôt vocalises ou vocalisations), seuls ou composés (i+ ou = iou). Les vocalises sont un bon moyen de s'échauffer les cordes vocales. Wink
Manu de FD: On a travaillé les cris avec Sylvestre aujourd'hui, donc voici les quelques astuces qu'il nous a donné pour faire de beaux cris sans pousser et surtout sans se tuer les cordes vocales: se détendre et échauffer sa voie dans les graves et les aiguës. Tu peux faire des OU pour les graves et les aiguës (genre imiter le singe grave et aiguë). Un petit exercice, tu fais 4 ou graves avec une respiration après chaque ou et 4 ou aiguës pareil avec une respiration entre chaque (gonfler les joues pour cet exercice).
Ouvrir la gorge...
Sûr qu’il faut envoyer quand vous faîtes un cri, mais si vous avez déjà crié (dans le cas contraire, vous êtes vraiment très cool, félicitations), vous le savez déjà. Mais il faut essayer de ne pas crier trop fort et donc sans se racler les cordes vocales: il vaut mieux réussir à faire des cris en ouvrant la gorge au maximum. Le son vient alors vraiment du bas de la gorge (plus bas que la pomme d’Adam) et le souffle du ventre.
Ce n'est pas toujours évident à comprendre comme concept, d'avoir la gorge ouverte,
mais c'est avant tout la sensation de ne pas se racler la gorge lors des cris, en faisant un cris assez net, pur et non freinés par une gorge fermée.
Pousser avec le ventre !
Les cris seront en général bien meilleurs si vous les poussez avec le diaphragme (et donc sans forcer sur le larynx),et si vous baissez en même temps la mâchoire (comme quand un chien aboie), peut-être afin d’augmenter le volume de la cavité buccale et aider à ouvrir la gorge.
Pour en prendre conscience, mettez une main sur votre ventre, et faîtes des vocalisations de singe: hou, hou, hou, Hou, HOU ! Si vous faîtes bien le singe, :bigsmile: vous verrez que votre ventre donne une grosse impulsion en même temps que chaque cris !
Après, il faut réussir à être en phase avec le coupage du son (voir ci-après).
Comment faire des cris percutants ?
Pour donner de la puissance aux cris, il peut être utile également de couper le son au début du cri, avec la langue (milieu par exemple), ce qui augmente la pression de sortie du son, et semble l’envoyer plus loin et plus fort.
On ne fera donc pas des hou, mais plutôt des tou et des kou !
On peut aussi gonfler les joues, ce qui facilite l'ouverture de la gorge et augmente parfois encore la puissance des cris.
Et en plus...
Penser à faire sortir le son directement à l'extrémité du didje, voire penser à le faire sortir ou résonner dans le dessus du crâne...
Podosta de FD: on peut aussi travailler les cris aspirés. Au lieu d'expirer en criant, aspire de l'air. Son de crapaud, porte qui grince ou encore cochon hurlant peuvent sortir. Et pleins d'autres j'imagine. C'est plus difficile de les faire parce qu'il faut tenir le bourdon et aspirer de l'air... Mais une fois que l'on comprend le mouvement du thorax (wep, il entre en jeu pour ça) et ben ça va +/- bien. Il faut aussi bien gérer les joues pour faire tenir le bourdon.
Sinon, il y a toutes les voyelles à essayer, en les mixant avec les consonnes: essayer donc bien sûr les kou et tou, mais aussi les , , ka, etc...
De même, on peut mettre le son fondamental et la vocalise en résonance, ce qui a pour effet de faire revenir la vocalise avec une fréquence bien précise…
Des cris sur-aigües ?
Avec un peu d'habitude et en étant suffisamment chaud des cordes vocales, il est possible de faire des cris sur-aiguës, et pas seulement des ou ! Les a, i etc peuvent sortir aussi, et peuvent être assez percutants.
Surtout ne pas essayer de pousser trop fort, ne pas se racler la gorge, mais simplement faire monter le cris dans la gorge, et dans la tête !



( Source Biolodidge, il explique vraiment bien ! )
_________________
La Devise du Dj : monte le son, monte les bass, and moove your ASS !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
PsyKhow
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2012
Messages: 495
Localisation: Bordeaux
Masculin
Point(s): 519
Moyenne de points: 1,05
Votre matos: une paire de k2, mon pc et Fl studio, VST massive
Matos Sono: Bientôt une paire de ESW1018, et une paire de MT130 et deux module bas médium Mt130

MessagePosté le: Mar 17 Jan - 14:24 (2012)    Sujet du message: Les truc et astuces pour le didgéridoo Répondre en citant

Woua woua et Retroflex
Woua woua
Le woua woua correspond à une expulsion rapide de l’air contenu dans la bouche, en plaquant d’un geste svelte et rapide la partie centrale de la langue contre le palais (mais aussi éventuellement le bout…).
Vous devez sentir vos muscles sublinguaux se crisper d’un coup sec. Il semble que le bout de la langue reste coincé derrière les dents du bas. Ensuite, en gonflant plus ou moins les joues, on peut obtenir des woua plus ou moins graves et rapides.
Ce woua peut servir lors de la RC linguale


( source biolodidge )
_________________
La Devise du Dj : monte le son, monte les bass, and moove your ASS !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:06 (2017)    Sujet du message: Les truc et astuces pour le didgéridoo

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    audiophage Index du Forum >>> Les Ateliers organisé par l'asso >>> Atelier découverte de divers sonorité du monde Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo